Villes de Mexico

 Le Mexique est un pays situé entre les États-Unis et l'Amérique centrale, connu pour ses plages sur le Pacifique et le golfe du Mexique, et ses paysages diversifiés de montagnes, de déserts et de jungles.

Le centre du Mexique 

Teotihuacán

A une cinquantaine de km de Mexico se dresse le colossal site de Teotihuacán. Cette ville était autrefois (au début de l’ère chrétienne) la plus imposante du Nouveau Monde avec ses 125,000 habitants sur une superficie de 20 km².

Il faut parcourir le site pour se rendre compte du gigantisme des constructions : à titre d’exemple, la pyramide du Soleil repose sur une base dont les dimensions sont similaires à celle de la grande pyramide d’Egypte, soit 225 mètres.

A ne pas manquer une rude montée d’escaliers en haut des pyramides à une altitude de 2,300 mètres et sous un soleil ardent : le paysage est à couper le souffle ! Et la détente bien venue...

Puebla

La suite de notre circuit nous emmène vers le sud-est, où nous arrivons à Puebla, quatrième ville du pays. C’est une ville où il fait bon flâner, partant à la découverte de ruelles étroites, de maisons très colorées de type colonial, et de céramiques couvrant certaines façades. Petit moment de détente à l’ombre des maisons.

Puebla est connue dans le pays pour avoir abrité la toute dernière plus grande usine de coccinelle au monde, usine qui desservait le marché latino-américain. Celle-ci est aujourd’hui fermée mais on retrouve ces fameuses petites voitures dans tout le pays. Nostalgiques, préparez vos appareils photos !

Le sud du Mexique

Oaxaca

Au sud du pays et située à 1.500 m d’altitude, Oaxaca est une ville au charme colonial indéniable, avec notamment ses églises et sa cathédrale baroques.

On peut y visiter des musées et des églises, admirer des trésors jalousement gardés, contempler les techniques de céramique noire et verte, mais le vrai charme de Oaxaca réside dans la présence de plusieurs populations : Zapotèques, Mixtèques et autres communautés se rassemblent sur le plus grand marché indien du Mexique pour y vendre leur artisanat traditionnel : à ne surtout pas manquer si vous voulez être en contact avec les 1ers peuples de la région.

Monte Alban

Le site de Monte Alban est tout en longueur, on l’embrasse du regard en arrivant sur la plate-forme nord : spectaculaire ! De plus il surplombe de 400 m la vallée d’Oaxaca et on y a une vue plongeante sur les alentours… 

Les édifices sont des autels, des temples, des tombes et un jeu de balle : un ensemble complexe qui demande un bon plan pour s’y retrouver.

Une caractéristique de Monte Alban est ses sculptures appelées « Los Danzantes », les danseurs, montrant des hommes dans d’étranges positions. Ce seraient plus vraisemblablement des prisonniers de guerre que des danseurs…

Canon del Sumidero

Un tour en bateau dans le cañon del Sumidero permet de se rendre compte de ses proportions vertigineuses : jusqu’à 1000 m de profondeur ! C’est également l’occasion de découvrir la faune (surtout des oiseaux) et la flore locale. Avec un peu de chance on peut même aperçoit des crocodiles se dorant au soleil.

San Cristobal de las Casas

Située dans les monts du Chiapas à 2300 m d’altitude, San Cristobal de las Casas jouit d’un climat frais et agréable comparé aux villes des plaines. C’est dans cette cité que débuta en 1994 le mouvement zapatiste à la suite d’une longue histoire de conflits entre indiens et descendants des colons espagnols. Les touristes n’y sont pas toujours les bienvenus. N’oubliez pas de toujours demander avant de prendre une personne en photo, surtout si vous vous rendez dans les villages indiens de Zinancantan et San Juan Chamula (villages de langue tzotzile).

Palenque

Après la fraîcheur des montagnes, le circuit nous fait redescendre dans la vallée. La chaleur devient tropicale, comme à Palenque au cœur de la jungle. C’est le premier site maya de la région et il se découvre étape par étape au fil des sentiers serpentant entre les arbres et les édifices. Cette configuration au milieu de la jungle lui donne un côté mystérieux qui s’accentue par la vision des glyphes (écriture sculptée) et de sculptures de personnages dont des souverains mayas locaux.

Yaxchilan

Accéder au temple de Yaxchilan, cela se mérite : après un peu de car, il faut prendre un bateau et naviguer pendant une heure sur la rivière Usumacinta (frontière naturelle avec le Guatemala). Ou louer un hélicoptère... 

Cette région est celle du peuple des Lacandons, et en ancien maya, « lacande » signifie forêt.

Ensuite, il faut grimper dans la jungle car Yaxchilan se trouve à 20 m au-dessus de la rivière, mais notre attente et nos efforts sont largement récompensés par ce que certains appellent un des sites mayas les plus spectaculaires. En fait, il ne ressemble à aucun autre par ses monuments ornés de crêtes faîtières et par sa richesse en glyphes (écriture sculptée maya) et en linteaux sculptés. Un petit bijou préservé grâce à son éloignement.